Accueil » Ghost Game : La Demeure Aux Mannequins

Ghost Game : La Demeure Aux Mannequins

by Christian Greymon

C’est ENFIN Halloween ! Pluie de citrouilles et de confiseries, lune macabre, vampires, loup-garous et revenants hantent désormais les dernières heures du mois d’octobre et Digimon compte bien faire honneur à ce jour si particulier.

Dans ce nouveau chapitre, Ruli et Hiro sont confrontés à la mystérieuse disparition de leurs camarades le soir d’Halloween, ainsi qu’à l’apparition d’une ribambelle de Digimon, notamment Candmon, Ekakimon et Pumpmon, les adversaires du jour.

Jusqu’à présent, Ghost Game avait su rester sage. Les premiers épisodes parvenaient sans mal à instaurer leur tonalité fantastique sans pour autant verser franchement dans l’épouvante, malgré des adversaires parfois malsains, et des exactions tout aussi dérangeantes. Ce nouvel épisode ne déroge pas à la règle et reste gentillet, cependant, la mise en scène des disparitions est davantage marquante. Les victimes traînées sur le sol, avant d’être englouties par les ténèbres, ont de quoi surprendre et le sort qui leur est réservé aux mains de Pumpmon est encore plus impressionnant. Armé de son couteau, ce dernier s’amuse à taillader les citrouilles qu’il a placées sur le visage des kidnappés, les lacérants de coups afin de leur donner un air plus festif … A mi-chemin entre le Joker de Nolan et le Michael Myers de Carpenter, cette itération de Pumpmon s’avère particulièrement effrayante et on se demande bien comment un tel épisode pourrait un jour se frayer un chemin sur les chaînes occidentales.

Malheureusement pour nous, l’affrontement entre cette nouvelle némésis et nos protagonistes est bien (trop) vite expédiée : Quelques attaques d’Angoramon, une apparition remarquée, mais toujours aussi courte, de BetelGammamon, un discours sur l’amitié, la gentillesse et la tolérance, et le tour est joué. Il serait peut-être grand temps pour Ghost Game de réinventer un peu la formule et de se trouver un véritable adversaire pour alimenter le fil rouge de la série, plutôt que de se contenter du Freak of the Week, vaincu par les arguments, les belles paroles ou la rhétorique de Hiro. Non pas que la survie des Digimon soit un problème, mais on a un peu de mal à comprendre comment notre héros parviendra systématiquement à tous les convaincre d’arrêter leurs méfaits.

Cet épisode a tout de même le bon goût de nous proposer quelques avancées : Ghost Game réécrit totalement la cosmogonie du Digital World, ici créé par un virus, et nos protagonistes semblent même avoir trouvé le moyen de parcourir cet univers alternatif grâce au Digivice V. Cela reste bien évidemment léger, mais ça a le mérite d’être là et de nous donner un meilleur aperçu des mécaniques de ce monde bien différent des précédents.

Cette semaine, on trouve aussi quelques interactions intéressantes entre Ruli et Hiro, tout comme entre Gammamon et Angoramon, qui font évoluer cette dynamique de groupe encore naissante. A bien des égards, ces petites subtilités rajoutent une vraisemblance très appréciable à la série.

Enfin, pour ce qui est de l’animation, rien de fondamentalement nouveau. Ghost Game demeure une série vraiment jolie, dynamique, avec un souci du détail admirable. C’est sage, loin de l’inconstance qu’on pourrait craindre, mais c’est bien fait, et c’est tout ce qu’on demande pour l’instant. Comme pour le schéma narratif identique de semaine en semaine, on espère tout de même que la série nous réserve quelques surprises à l’avenir, et surtout davantage de folie !

La Demeure Aux Mannequins est un épisode saisissant, c’est le moins que l’on puisse dire, et ce malgré quelques légers défauts qui deviennent de plus en plus visible à cause de leur récurrence. La structure de la série devrait rester plus ou moins similaire jusqu’à l’arrivée de Jellymon mais on perçoit déjà çà-et-là de petits indices qui ont de quoi pousser à l’optimisme, laissant surtout espérer une incursion imminente dans le Digital World. Pour l’heure, on imagine que tous les amateurs d’épouvantes sont comblés devant des récits maîtrisés avec brio ! En tout cas, on ne regardera plus jamais les citrouilles comme avant …


You may also like

Leave a Comment