Accueil » Ghost Game : Le Mystère du Musée

Ghost Game : Le Mystère du Musée

by Christian Greymon

On le sent dans l’air qui rafraîchit, la brume que l’on peine à fuir le matin et la nuit, ou tout simplement dans les rayons de magasins où apparaissent citrouilles, squelettes et masques monstrueux, Halloween arrive. Aussi, pour parfaire le tableau, Digimon Ghost Game nous propose dans son second épisode de nous embarquer dans la mythologie passionnante de l’Egypte Antique et de ses momies qui reviennent à la vie.

Par rapport à l’introduction de la semaine dernière, la structure narrative ne change pas énormément. On reste avec un épisode qui s’ouvre sur de magnifiques couleurs blafardes et spectrales avant de nous montrer le sort réservé aux victimes de Mummymon. A nouveau, il n’est toujours pas question de basculer franchement dans l’horreur, mais Ghost Game n’est visiblement pas effrayé à l’idée de nous montrer une série de morts épouvantes si le Digimon du jour n’est pas stoppé.

Dans un premier temps, l’épouvante est rapidement mise de côté pour qu’on l’on puisse se concentrer sur le fil rouge de la série : où est le père d’Hiro ? De prime abord, le problème est simple à résoudre et Gammamon nous montre qu’il n’y a pas spécialement lieu de s’inquiéter pour l’inventeur du Digivice qui se trouve bel et bien dans le Digital World. Reste désormais à savoir comment Hiro pourra s’y rendre afin de retrouver son père et, éventuellement, le ramener. La série devrait donc trouver un équilibre entre le fantastique et l’enquête, deux genres qui fonctionnement particulièrement bien entre eux et dépasser le simple freak of the week.

Ghost Game n’en oublie pas non plus d’ajouter une touche de légèreté et d’humour. Entre les apparitions sporadiques de Kiyoshiro et Ruli ou les blagues méta tantôt sur Greymon, tantôt sur le corps momifié d’Agumon, le fantôme de Adventure: rôde toujours, les running gags sont plaisants sans devenir lourds dans un épisode riche et plaisant à regarder, sous tous ses aspects.

Là où le bât blesse, c’est peut-être lors de la confrontation finale. Techniquement, visuellement, le combat avec Mummymon est irréprochable, a fortiori avec l’arrivée magistrale de BetelGammamon. Brève mais intense, l’apparition de la forme Champion/Adulte de notre nouvelle mascotte, aussi impressionnante soit-elle, demeure tout de même sur une séquence plus ou moins décevante et cette transformation qui aurait dû être épique, repose un peu trop sur des éléments triviaux, voire comique, notamment l’addiction de Gammamon à la nourriture et au chocolat, avant de seulement mentionner le sort tragique qui attend Hiro aux mains de Mummymon.

Fort heureusement la conclusion, elle, semble vouloir sortir des sentiers battus. Après des mois, voire des années d’élimination en bonne et due forme de l’adversaire, Ghost Game retourne aux fondamentaux de Adventure 02 en tentant de convaincre Mummymon après la démonstration de force. Certes, résoudre une confrontation par le dialogue fera soupirer plus d’un spectateur mais, aussi cliché que cela puisse paraître, cette volonté renouvelée de ne plus nécessairement tuer l’ennemi de la semaine offre un dénouement rafraîchissant. On appréciera surtout de sortir du manichéisme face à un personnage désorienté et qui ne comprend pas le monde où il a été catapulté. Et, qui sait, cela ouvre la possibilité de revoir tous ces personnages, ne serait-ce que pour faire avancer l’intrigue principale.

Toujours sans grande prétention, Ghost Game capitalise sur ce qu’elle sait bien faire, et c’est tout ce qu’on lui demande malgré les maladresses. On n’attend désormais plus que l’intégration complète du reste du supporting cast, ce qui ne devrait pas tarder, avec l’apparition remarquée d’un certain Angoramon !


You may also like

Leave a Comment