Accueil » Ghost Game : L’Homme à la bouche cousue

Ghost Game : L’Homme à la bouche cousue

by Christian Greymon

Annoncé en août lors du DigiFes et d’autant plus attendu après une longue traversé du désert qui aura duré plus d’un an, Digimon Ghost Game débarque enfin sur nos écran  avec la simple promesse de nous plonger dans des intrigues où le Digital World revêt l’apparence d’un monde surnaturel et horrifique.

Ce qui surprendra probablement d’entrée de jeu, c’est que la série ne perd pas de temps à aller au bout de ses ambitions. Dès les premières secondes de l’épisode, on retrouve les codes du genre fantastique et de l’épouvante en nous contant la légende urbaine d’une créature cachée dans les ténèbres d’une école et volant des années de vie à ses victimes. Aussi, Clockmon ne tarde-t-il pas à se montrer, dément, inquiétant et s’attaquant à une élève qu’il laissera à peine en vie, dans un état effroyable. Rien qui ne puisse nous donner des cauchemars, mais cette introduction s’avère étonnement sinistre.

Le ton est donné, et il ne reste plus qu’à introduire nos protagonistes : Hiro et Gammamon. Pour l’instant, Hiro est probablement le personnage affichant le moins de complexité, sans que ce soit problématique. Véritable archétype du bon collégien débrouillard et touche-à-tout, il offre tout de même une forme de crédibilité et de vraisemblance dans un univers qui bascule lentement mais sûrement dans le fantasmagorique. Il nous permet également d’installer un fil rouge qui n’est pas sans rappeler Digimon Savers, où le héros perd son père dans des circonstances pour le moins mystérieuses. Créateur du Digivice-V-, on imagine sans peine que le père de Hiro a dû être transporté dans le Digital World et qu’il s’agira, le moment venu, d’aller le secourir. Paradoxalement, Hiro est aussi le point faible de cet épisode, notamment à cause des incohérences créées par le drame qu’il traverse. Avec une mère absente qui ne prend pas la peine de revenir au Japon alors que son mari vient de disparaître et laissant son fils mineur vivre seul sans que cela pose le moindre problèmes aux autorités, c’est le point de scénario qui fait tache.

Autre emprunt à une saison bien connue, Gammamon possède une personnalité atypique qui évoque le Guilmon de Tamers : A la fois jovial et candide, il n’en demeure pas moins très colérique et recèle une part d’ombre suffisamment inquiétante pour effrayer Clockmon lorsque ce dernier tentera de lui dérober son avenir. Difficile de déterminer quel sera le rôle de ce GrusGammamon si ce n’est qu’il change radicalement la vision qu’on peut avoir de Gammamon, désormais présenté comme une bombe à retardement. C’était d’ailleurs l’une des nombreuses qualités de Tamers que de nous rappeler que ces créatures si douces pouvaient également se transformer en monstres et causer des dommages irréparables.

En parallèle, on aperçoit çà-et-là Ruli et Kiyoshiro. La première est bien une starlette des réseaux sociaux visiblement très intéressée par les mystérieuses apparitions des “fantômes holographiques”, le second est, comme promis, un adolescent aussi arrogant que trouillard, mais qui offre une touche de superstition et de tradition dans un monde ultra-connecté plus que bienvenue.

Last but not least, la série est esthétiquement irréprochable. Qu’il soit question de la palette de couleurs utilisées, avec un Clockmon fantômatique qui s’intègre parfaitement dans les décors sombres et crépusculaires de Ghost Game, ou de l’animation et des designs, difficile de ne pas tomber sous le charme de la série.  Il en est de même pour les combats qui brille aussi bien par leur sobriété que leur nervosité. Quoi qu’on puisse pendant de cet épisode ou de la direction choisie, force est de constater que Ghost Game sera beau à regarder.

Bien loin du simple plaisir plastique, Digimon Ghost Game renoue avec l’ambition de nous raconter quelque chose, ce que Adventure: avait totalement perdu de vue. Avec sa structure narrative, cet épisode nous offre une histoire particulièrement dense qui ne se limite pas à un conte d’épouvante tous publics. Si le récit cadre se concentre sur la traditionnelle de fantômes, avec des combats de Digimon, chaque personnage a droit à son propre récit enchâssé dont découleront de multiples sous-intrigues : Qu’est-il arrivé au père d’Hiro ? Comment le Digital World parvient-il à parasiter notre réalité ? Quel est le rôle de ce l’étrange BlackTailmon ? Pourquoi Gammamon inquiète autant ? Autant de questions qui, on l’espère, trouveront une réponse dans les semaines à venir.

C’est avec soulagement et une pointe d’émotion qu’on salue les débuts prometteurs de Gammamon et Hiro. Bravo !


You may also like

Leave a Comment